Civiltà del Po - Il vino
L'immagine di un torchio

Le Vin

La vigne est présente dans toutes les exploitations des monastères. Le vin était utilisé pour la messe, mais il représentait aussi un aliment important, complémentaire à l’alimentation et même antibactérien : on le mélangeait à l’eau, qui pouvait contenir des éléments pathogènes; il était  considéré aussi un médicament en mesure de prévenir et soigner les infections.   
Les vignobles étaient constitués de rangées peu lointaines les unes des autres et formées d’une structure de poteaux, mais à partir de l’époque moderne les rangées ont été plantées au bord des champs ou bien, très espacées pour y permettre la culture des céréales : dans ce cas les poteaux étaient remplacés par les arbres. Il y avait eu en effet un  grand accroissement démographique et le monastère avait presque doublé le nombre des métayers, ce qui demandait d’augmenter les champs cultivés à détriment des terrains incultes et des cultures fruitières.  
Les vendanges avaient lieu à la mi-septembre : les grappes étaient coupés à l’aide d’une serpette et mises dans une corbeille, réalisée avec de petites branches tressées.
On passait ensuite à la vinification. La première opération, le foulage, se faisait en plein air avec les pieds dans des cuves. Les marcs de raisin restaient dans les cuves et le moût coulait dans les baquets.

On transportait le tout dans les caves, où les  marcs et le moût étaient melés et laissés reposer pour la première fermentation, d’où on produisait le vin de premier choix qui ensuite continuati sa fermentation dans des fûts. On enlevait les marcs de raisin, on les trempait dans l’eau et on les passait dans un grand pressoir, d’où sortait un second vin ou mi-vin.   A ce moment-là,  on laissait encore les  marcs de raisin pressés macérer dans l’eau pour obtenir un petit vin le » terzarello ».
  Jusqu’au XVII ème toutetefois le vin n’est pas de grande qualité à cause du manque des bouchons de liège. Dans les flasques le vin était protégé par une couche d’huile et le col du récipient couvert de toile ou papier. Le vin donc n’arrivait pas à vieillir et on le buvait encore jeune. Les marcs de raisin  étaient utilisés aussi pour la distillation de la « grappa »,l’eau-de-vie.
Une partie du vin, conservée dans de petits tonneaux non fermés hermétiquement, était soumise à une seconde fermentation pour produire du vinaigre, utilisé comme assaisonnement, conservateur et même désinfectant.

 
Lambrusco Luna di Marzo - Home page Civiltà del Po